Square Durandy, les artistent continuent d’exposer ! – Octobre 2015

,

En Octobre 2015, les artistes suivants ont exposé sur les palissades de chantier du square Durandy :

OTOM : Artiste-peintre, depuis son plus jeune âge, Thomas Debatisse Beal, alias Otom, est un jeune graphiste de talent qui a nourrit une passion dévorante pour le dessin depuis son plus jeune âge.
La première révélation pour cet art a lieu lorsqu’il découvre la grande collection de bandes dessinées de son père sur laquelle il passe des heures à recopier les grands noms de la BD franco-belge.
En parallèle, Otom se met à pratiquer sans relâche le bmx et c’est d’ailleurs au détour des skateparks, où il a l’habitude de se rendre, qu’il rencontre les premières fresques graffiti. Dés lors, il prend conscience de l’importance de ce phénomène étroitement lié à sa pratique sportive. Ce choc culturel le poussera à entreprendre des études de graphisme, avant de l’amener, finalement, à intervenir pour la première fois sur un mur. Depuis, il partage sa vie entre dessins, customs divers, peintures sur toiles, pochoirs, vidéo, light painting et graffiti.
En mélangeant ses influences et ses références , Otom se joue aujourd’hui des codes de la BD, du graffiti, du graphisme et de l’art contemporain pour créer des images décalées, que cela soit par le traitement graphique ou par les médiums et les supports utilisés.
Entre encre et papier, bombes de peintures ou marqueurs de taggueurs, l’univers de l’artiste se concentre sur une frontière jouant entre l’anatomie humaine, les formes graphiques et la typographie. Partagé entre la volonté farouche de communiquer un message fort, et celle de se dédouaner d’un traitement de l’image trop « propre ». Tags, coulures, taches, dessins «automatiques» et autres «doodles» sont d’autant de codes qu’Otom utilise et remixe pour construire ses créations. Aujourd’hui il parcourt l’Europe pour dessiner ! https://www.facebook.com/otomartist/

otom - durandy3

Florence CANTIE-KRAMER : Plasticienne, elle est née en France. Elle vit et travaille à La Colle sur Loup et Paris, et est représentée par la Galerie Rabouan-Moussion à Paris.

Son travail de sculpture trouve tout son sens au travers des matériaux utilisés : ils structurent son corpus et lui donnent le côté solitaire, brut et poétique qui le caractérise. Le plomb, la cire, les néons, les mots, sont en constante opposition et se répondent dans un dialogue incessant, faisant ressortir tour à tour leur fragilité ou leur densité, leur naturel ou leurs artifices.
Invitée par la Métropole Nice Côte d’Azur à réaliser une proposition artistique sur les palissades du nouveau chantier Tram Ouest-Est, elle a investi l’espace donné avec 28 œuvres photographiques de format tableau sur lesquelles elle intervient en écrivant une phrase en couleur, rouge fluorescent, sans interruption, formant un fil conducteur, reliant les photos entre elles.
Des mots sensibles, drôles, décalés, qui engagent un dialogue contemporain avec le public, les passants, les automobilistes, cyclistes, commerçants, voisins. En choisissant un lieu remarquable du patrimoine architectural de NICE, le Palais Lascaris marqué par une mémoire forte, Florence Cantié-Kramer s’approprie un détail d’architecture du Palais, d’un dégradé du noir au blanc, sur la palissade de la rue Gubernatis.
Ces photos, dit-elle, ne racontent pas une histoire ! Mais l’histoire de NICE. Sa proposition est une forme de reconnaissance à la continuité de la beauté du passé, du présent et du futur de Nice. http://www.rabouanmoussion.com/florence-canti-kramer/

florence cantier-kramer

Serge SIMON : Artiste brute, il ne fait pas de l’Art Brut mais il se qualifie comme « une Brute qui fait de l’Art ». il n’a pas fait l’Ecole de Nice mais il a effectué sa scolarité à Nice. Il peint depuis 25 ans. En2000, il a créé un collectif d’artistes « La Morue Noire ».

serge simon