Les œuvres

les_oeuvres

Dans la ville de Nice, l’art est partout. Une collection d’oeuvres d’art public a trouvé sa place dans le paysage urbain (grandes artères, places historiques et nouveaux quartiers). 13 artistes de renommée internationale ont réalisé les 13 œuvres qui jalonnent le tracé long de 8,7 km.

 

Jaume-Plensa-Conversation

« Conversation à Nice » – Jaume Plensa – 2007

Pour cette place mythique, une commande d’œuvre monumentale a été passée destinée tout à la fois à respecter l’architecture historique et à l’ancrer dans la modernité du XXIème siècle.
Les sept figures conçues par Jaume Plensa pour la place Masséna représentent les différents continents.
De nuit, leurs douces variations de couleurs symbolisent le dialogue entre les diverses communautés composant notre société. Elles invitent à lever les yeux et redécouvrir le ciel niçois.

« Le confident » - Jean-Michel Othoniel - 2007

« Le confident » – Jean-Michel Othoniel – 2007

Joyau urbain en fonte d’aluminium enchâssant des perles soufflées à Venise, aux couleurs des mille et une nuits, « Le confident » de Jean-Michel Othoniel invite à la conversation dans un jardin.

« Je vis de l’eau, Elle s’écoule » - Emmanuel Saulnier - 2007

« Je vis de l’eau, Elle s’écoule » – Emmanuel Saulnier – 2007

En écrivant « Je vis de l’eau » en cylindres de verre enchâssés dans le garde corps de la terrasse supérieure, face à la mer, et « Elle s’écoule », gravé dans l’inox bordant l’arabesque d’eau qui coule aux abords du quai, Emmanuel Saulnier crée une métaphore de la vie à travers l’eau.

Postes Restantes de la Porte Fausse

 « La Porte Fausse » – Sarkis – 2007

Pour Sarkis, la Porte Fausse marque le passage entre le quartier historique du Vieux-Nice et la ville moderne. Cet escalier de marbre et d’or guide nos pas vers un au-delà mystique.


Michael Craig Martin Cascade d'objets

« Cascade d’objets » – Michael Craig-Martin – 2007

Michael Craig-Martin représente ici les objets du quotidien pour donner une force visuelle à quatre murs pignon d’immeubles et animer ainsi la vie du boulevard Virgile Barel. Cette nature morte monumentale aux couleurs éclatante accompagne le parcours des passants.


Composition exubérante de rverberes Hybrides

« Composition exubérante de réverbères hybrides » – Stéphane Magnin et Pascal Pinaud – 2007

Stéphane Magnin et Pascal Pinaud réveillent la mémoire collective niçoise en recyclant des anciens éléments de l’éclairage public. L’ssemblage hétéroclite des époques, des matières et des formes donne ainsi naissance à 14 sculptures.

 « Disque solaire » - Ange Leccia - 2007

 « Disque solaire » – Ange Leccia – 2007

Ange Leccia rend hommage au soleil niçois dont il présente l’image d’un interminable coucher aux couleurs changeantes. Sur la façade de la tour de contrôle du tramway, ce disque lumineux semble restituer les rayons de la journée.

 « Blue : Hommage au bleu d’Yves Klein » - Gunda Förster - 2007

 « Blue : Hommage au bleu d’Yves Klein » – Gunda Förster – 2007

Rendant hommage au bleu inventé par Yves Klein, artiste niçois, Gunda Förster introduit par la lumière un sentiment de lévitation bleue sous les ponts ferroviaires.

 « L’Amorse du bleu » - Yann Kersalé - 2007

 « L’Amorse du bleu » – Yann Kersalé – 2007

Yann Kersalé crée, sur l’avenue principale de Nice, une voûte de clame bleu s’opposant à l’intensité des circulations au sol. Les différents noms du bleu, déclinés en langage morse, symbolisent l’infini dans le temps et dans l’espace.


Un fil rouge sur le tracé des 21 stations du tramway

 

 « Tableaux Aphorismes »  et calligraphie du nom des stations figurant dans les abris voyageurs - Ben

 « Tableaux Aphorismes »  et calligraphie du nom des stations figurant dans les abris voyageurs – Ben

Accompagnant le nom des stations écrit de sa main, les « Aphorismes » de Ben suscitent réflexion, étonnement, sourire, gravité ou questionnement. Ils rappellent que la pensé a autant sa place dans la ville que dans la vie.

« Totems » (signalétique) – Pierre di Sciullo – 2007

« Totems » (signalétique) – Pierre di Sciullo – 2007

Les enseignes de Pierre di Sciullo, lettres-sculptures en forme de T, indiquent de loin les stations du tramway. Elles utilisent l’ocre rouge traditionnel des façades niçoises et le bleu de l’azur.

 

« Sonals » - Michel Redolfi – 2007

Le compositeur Michel Redolfi a créé spécialement les annonces sonores (« Sonals ») destinées aux rames. Celles-ci varient selon les heures (matin ou soir), les jours (semaine, week-end), les saisons,… Elles ont été conçues pour rendre plus agréable le trajet des usagers.