Des mesures préventives fortes

sondages-geotechniques

La Métropole Nice Côte d’azur met en œuvre toute une série de mesures préventives fortes afin que le chantier du tunnel de la ligne Ouest-Est de tramway se réalise dans des conditions de sécurité maximum tant pour les riverains que pour les personnels de chantier.

 

La Métropole Nice Côte d’azur a décidé de mettre en œuvre toute une série de mesures, éprouvées sur d’autres chantier du même type, afin que le chantier du tunnel de la ligne Ouest-Est de tramway ait un impact limité sur l’environnement et se réalise dans des conditions de sécurité maximum tant pour les riverains que pour les personnels de chantier.

L’intervention d’éminents spécialistes

 

Les meilleurs spécialistes en matière de construction de tunnels, français ou étrangers, ont travaillé sur le dossier, qu’il s’agisse des ingénieurs du maître d’œuvre Egis-Rail, qui a, à son actif, la réalisation de plusieurs tunnels dans le monde, ou des spécialistes indépendants comme l’ancien Président de l’AFTES (Association Française des Tunnels et Espaces Souterrains), l’organisme qui fait autorité en matière de recommandations pour la construction de tunnels.
De plus, dans le cadre de la consultation pour l’attribution du marché du génie civil du tunnel et des stations, les 4 groupements internationaux qui ont soumis une offre, ont tous fait également intervenir d’éminents spécialistes sur le sujet.
Au total, près d’une centaine d’ingénieurs et d’experts reconnus dans les domaines de la géotechnique, de l’hydrogéologie et du génie civil ont participé à l’élaboration du projet, puis à la mise au point des méthodes de construction de ce chantier.

 

Des études géologiques poussées

 

Plus de 150 sondages ont été réalisés et près de 300 sondages effectués par la ville de Nice dans le cadre d’autres projets urbains dans le même secteur ont été analysés, totalisant plus de 6 000 m cumulés de carottage, largement au-delà de ce qui se pratique en général pour des ouvrages de même type.

Quelles sont les conclusions ?

  • Sur l’ensemble du tracé du tunnel, le sous sol est composé d’une succession d’argiles limoneuses ou sableuses avec quelques passages de cailloutis. De plus ce sous sol est très homogène.

  • Il apparaît que plus de 80 % des terrains traversés par le tunnel ont un « faciès » imperméable dans lesquels l’eau des nappes circule à faible vitesse et fluctue de façon modérée.

 

Le sous-sol Niçois traversé par les ouvrages du projet est en fait constitué d’un sol meuble et peu perméable. Il est tout à fait compatible avec la réalisation d’un tunnel à l’aide d’une machine de percement appelée « tunnelier ». Ce tunnelier est du type « à pression de boue », parfaitement adaptée aux sols alluvionnaires homogènes rencontrés sur sa route.

Le groupement Thaumasia, a complété les reconnaissances du sous-sol à l’été 2014 par plus de 130 sondages complémentaires le long du tracé du tunnel pour une meilleure définition des méthodes de construction des ouvrages souterrains (tunnel et stations).

 

Un diagnostic préalable de tous les bâtiments le long du tracé du tunnel

 

Un état des lieux des bâtiments situés le long du tracé du tunnel sera réalisé avant le début des travaux de génie civil.

  • Les relevés topographiques

Des relevés topographiques sont effectués en continu sur tous les bâtiments avant le début des travaux pour mesurer les mouvements « naturels » des immeubles en fonction des différentes saisons.
L’avancement du tunnelier est encadré par des mesures en continu de la topographie de la surface sous laquelle il progresse, rapprochées en temps réel des indications fournies par les capteurs positionnés sur les façades des bâtiments.

Les résultats sont comparés aux calculs réalisés au cours des études de définition du projet. Les travaux ne progressent que si les valeurs mesurées restent en dessous des seuils-limites établis par les experts pour ne pas générer de désordres au bâti avoisinant.

  •  Les référés-constat

Cette démarche, entièrement prise en charge par la Métropole Nice Côte d’Azur, consiste à faire intervenir des experts diligentés par le Tribunal Administratif pour décrire précisément l’état des bâtiments concernés (partie communes et parties privatives) avant le début des travaux de génie civil. Près de 350 copropriétés seront visitées.

Les premiers référés-constat ont été effectués au niveau de la rue Ségurane en anticipation des travaux de creusement de l’ouvrage d’introduction (puits) du tunnelier dans le sous-sol.

  • Les visites de l’entreprise

En parallèle, le groupement Thaumasia organise ses propres visites pour évaluer la pertinence de travaux conservatoires de confortement avant la réalisation des stations et le passage du tunnelier.

Ces éventuels confortements préliminaires seront à sa charge conformément aux dispositions de son marché de travaux.